Démission de Françoise Verchère de sa vice-présidence de l'environnement

Publié le par evergreenstate

Une grande honnêteté Intellectuelle plutot rare, accompagnée d'une vision cohérente, avec un vrai travail de fond. Une vision républicaine de l’intérêt général.


C'est cette approche globale à la fois environnementale sociale et économique qui l’a amenée à dire non au projet de Notre Dame des Landes, et non pas pour une simple défense de l ' environnement, dont elle serait la caution, refusant les petites compromissions,  alors qu’en tant qu’ex maire de Bouguenais, elle aurait pu rester dans le confort d un simple « non » mou.

(voir le questionnaire de 20 questions qu'elle avait soumis à ses collègues au Conseil Général  , très bonne synthèse d'aide à la prise de décision, et la désinvolture avec laquelle certains élus se sont défaussés ou ont refusé d'y répondre)


On l’aurait accusée d ‘avoir des visées sénatoriales et alors ! quel est le problème ? n en a t’ elle pas les capacités et la carrure?

A noter que  lui reprocher aussi de se faire « mousser » alors  qu ‘elle est une des rares élus à aller sur le terrain à la rencontre des associations est assez mesquin.

Certes la politique ne doit pas être un métier , et sans doute en a t’elle assez de servir de caution  écolo, mais j ‘espère que l’on ne va pas nous sortir du chapeau une "Chantal Jouanno" qui cautionnera un aéroport dit HQE  sur 1500 hectares 3 fois la surface nécessaire ( c’est comme un  4x4 v6 de 3 litres de cylindré  qui serait labélisé HQE)


Par exemple ,comment parler d'aéroport "HQE" (au passage terme marketing  qui n'engage à rien sauf celui qui ce l'auto -attribue) , alors que , la DUP elle même dit clairement que l ‘impact sur le bassin versant , des surfaces artificialisées n’a pas été étudié  sérieusement  lors de la prise de décision.



Verchère-Mareschal : rupture au conseil général


http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Actualite-verchere-mareschal-rupture-au-conseil-general-_-1265929_actu.Htm
Françoise Verchère a été maire de Bouguenais de 1993 à 2007. Entrée au PS en 1981, elle l'a quitté en 2005. Elle a rejoint le Parti de gauche. Elle est élue au conseil général depuis 1994 et vice-présidente depuis 2004.

Figure de la gauche en Loire-Atlantique, Françoise Verchère démissionne de la vice-présidence du conseil général (mais reste élue). A cause du dossier aéroport. Mais pas seulement.


Que s'est-il passé ?


En janvier, j'ai organisé un débat, à Bouguenais, avec les élus qui doutent du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Patrick Mareschal m'a reproché de me mettre en scène, il m'a demandé de réfléchir à ma place dans l'exécutif du conseil général. Déjà, en juin, il avait demandé aux membres de sa majorité hostiles au projet de se faire discrets et silencieux. J'ai répondu que je préférais rendre ma délégation plutôt que me taire. La situation est désormais trop tendue. Je n'ai plus la confiance du président, je l'ai bien vu avec le dossier des déchets de l'ouest du département. J'en ai pris acte. Dans un courrier, le 4 février, je lui ai remis ma délégation de vice-présidente déléguée à l'Environnement. Il ne voulait pas de ce courrier. Je comprends : c'est un acte politique qui ne va pas faire plaisir au PS... En fait, l'aéroport n'aura été qu'un déclencheur, la partie visible de notre différend.

Quel est donc le problème, au-delà de l'aéroport ?

D'abord, on me prêtait, à tort, l'intention de me présenter aux élections sénatoriales. J'étais soupçonnée en permanence de monter des coups pour me faire mousser et gagner des voix. Depuis plusieurs mois, la défiance à mon égard était perceptible. Mon action était régulièrement freinée. Elle n'était pas valorisée. Regardez le magazine du conseil général... Et puis, il y avait de l'empêchement d'agir. Il m'a fallu lutter beaucoup en interne pour obtenir des moyens et faire avancer des dossiers. Je ne suis pas certaine que l'Environnement est la priorité des priorités. J'ai mesuré les limites de la grosse machine qu'est le conseil général.

Et pourquoi pas candidate aux sénatoriales, l'an prochain ?

J'ai dit clairement que je ne le serai pas, même si le sénateur François Autain et le Parti de gauche le souhaitent. J'ai toujours eu la conviction que la politique ne doit pas être un métier, qu'il faut limiter les mandats dans l'espace et dans le temps. Enfin, le monde du Sénat et de l'Assemblée nationale ne me donnent vraiment pas l'envie d'y plonger.

N'est-ce pas vous priver de moyens d'action et d'une tribune ?

Je sais ce que certains vont dire. Que je suis fatiguée, fragilisée. Mais je vais au bout de mes convictions. Nous sommes à un moment historique où il faut dénoncer les modes de pensée d'hier. Patrick Mareschal et moi, nous ne sommes plus dans le même modèle de développement. C'est tout. Les citoyens comprendront que je ne peux continuer à faire le grand écart.

Recueilli par Marc LE DUC.


« Personne n'a souhaité cela... »

Une fois rendue publique la décision de la vice-présidente, le bureau du conseil général a publié un communiqué. « Le choix de Françoise Verchère [...] est un choix personnel, nous en prenons acte tout en le regrettant. Françoise Verchère a apporté au conseil général une véritable compétence, assortie de solides convictions, sur les questions d'environnement. » Le bureau affirme vouloir poursuivre les objectifs défendus depuis 2004 en matière de développement durable.

« Personne n'a souhaité que Françoise Verchère rende sa délégation », précise le socialiste Bernard Deniaud, à Ouest-France. « D'ailleurs le président le lui a dit. » Le sentiment de Françoise Verchère d'avoir été freinée dans son action ? « Tous les vice-présidents bénéficient d'une large délégation. Et tous sont confrontés à des contraintes politiques, financières, économiques, etc. » Le soupçon à propos des sénatoriales ? « Mais, chez les élus tout le monde s'observe. »


Ouest-France

Publié dans actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LARIVIERE Danielle 25/03/2012 11:37


Pour gonfler le nombre de passagers à Nantes, l'on n'hésite pas à faire transiter par Nantes des passagers venant de Clermont-Ferrand et allant à Lille. HONTEUX. Bravo Mmme VERCHERE.